La suite se fera sans le bruit des bulles !

Le 04.04.2017 j'écrivais un article intitulé "premières respirations dans un recycleur ..." ... quasiment un an plus tard ça y est, c'est fait, je suis maintenant qualifié "plongeur recycleur" (IANTD) sur machine rEvo ... je plonge donc maintenant sans faire de bulles ! Et c'est une véritable révolution croyez moi !

revo2.jpg

Ça fait des années que je lorgne du côté de ces machines qui permettent de plonger différemment ... je me souviens même de François (moniteur au sagc) me disant un jour un truc du genre "bah de toute façon c'est un truc pour vous les jeunes vous y passerez un jour ou l'autre" ... tout comme Christelle me disant quelques années plus tôt "N1 aujourd'hui, N4 dans quelques années" ... des visionnaires je vous dis :-)

J'avoue que j'ai failli faire la formation l'an dernier au lieu de l'IDC mais je m'en suis tenu au plan que je m'étais fixé. Mais de retour en France et après avoir fait mes petits calculs et réfléchis sur l'avenir de ma vie professionnelle je me suis vite rendu compte que moniteur de plongée à temps plein ce n'était pas pour moi. J'ai donc décidé d'investir plutôt dans l'achat d'un recycleur rEvo.

Une fois la machine réceptionnée l'attente a été très très longue avant de passer une semaine de formation avec Tybo pour la prise en main. Mais quel bonheur de retrouver exactement les sensations de l'an dernier ... Merci Marc, ton baptême était bien resté gravé dans ma mémoire même si ça avait été trop "court" et "pas assez profond" !

Là durant une semaine on a suivi le processus de formation pour prendre en main la machine, l'utiliser en mode manuel et apprendre les procédures pour faire face aux principales pannes possibles.

revo.jpg

Quelques jours plus tard on se fait un week-end de plongées à Bormes pour faire deux plongées sur la côte (Pointe du Vaisseau puis Sec de la Gabinière) et le dimanche ... le Donator comme jamais ! Extra, vraiment extra. Hors du silence inhérent à la machine et à l'absence de poumon ballast (qui sont les deux grosses informations dont on parle tout le temps au sujet de ces machines) le truc qui me marque le plus est que je suis beaucoup plus zen sous l'eau, je n'ai plus du tout en tête l'idée d'économiser l'air et que mon "temps ici est limité" ... tout me semble plus "smooth", j'ai aussi l'impression d'être beaucoup plus clair (moins narcosé ? ou conséquence de la zenitude ?) alors que je passe quand même la majeure partie de mon temps à scruter les instruments (forcément on débute).

Petit descriptif de notre plongée sur le Donator:

  • La préparation sur le bateau n'est pas plus compliquée qu'avec les appareils photos, vivement qu'on ait nos propres B.O.
  • La mise à l'eau est normale, saut droit classique, RAS
  • Petite vérification que ma binomette est bien là, signe OK puis signe "on descends"
  • On attrape le bout qui mène à l'épave
  • La descente est un peu plus lente qu'en circuit ouvert (4 minutes) mais ça c'est le temps qu'on s'habitue à la machine, c'est aussi lié au "bubble check" dans la zone des 5/6m (et le passage des instruments en mode plongée / vérifications) ...
  • Arrivée au fond, vérification de la ppo2, tout est au vert, binomette OK, hop on décide d'aller voir la proue en passant par le bord du bateau qu'on ne fait jamais :-)
  • Ça tombe bien, tous les autres partent dans l'autre sens (avec leur bulles)
  • Zen, voilà c'est là que je ressent cette sensation puissance 20 par rapport à une plongée classique
  • Les mérous, sars et autres bancs d'anthias ne nous fuient pas, on progresse doucement vers la proue
  • Une fois arrivé à l'avant de l'épave, face à la cassure géante dans la coque qui a provoqué le naufrage je descends un peu pour observer une Mostelle
  • Les autres plongeurs arrivent par l'autre bord du bateau et "poussent vers nous" quelques mérous, Isa est noyée dans le banc de sars, je retrouve l'image que j'avais de Philippe L. dans le banc de poissons lors d'un stage vidéo (il était aussi en recycleur et ça m'avait marqué)
  • On se dirige maintenant vers la poupe en passant sur le tribord, la ou les gorgonnes sont en plein courant et (peut-être un peu plus à la lumière que sur le flan babord) je me demande quelle taille elles font vraiment ... la prochaine fois on emporte un mètre :-)
  • On passe au niveau de notre point de départ, nouveau check, il nous reste du gaz comme jamais, j'éclate de rire et simule une panne en basculant l'ordinateur sur le mode "circuit ouvert" pour voir, DTR (Durée Totale de Remontée : 18 minutes, c'est ça le point important, si le recycleur tombe en panne, combien de temps doit on "pomper" sur notre bouteille de secours et donc est-elle assez pleine / grande pour assurer la remontée)
  • On continue en direction de la poupe et nos paramètres imposés par le DP nous contraignent à amorcer alors la remontée, les dernier, tous les autres plongeurs sont déjà partis ...
  • On les "doublera" au palier (hormis le fait qu'on a un peu moins saturé qu'à l'air "simple", le recycleur est aussi super plus efficace à la désaturation) pour arriver finalement les premiers en surface, le sourire jusqu'aux oreilles

No comment !

QR code
Send to friend

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

URL de rétrolien : http://e.garluche.fr/trackback/811